Mohamed et Jésus

Mohamed et Jésus – le syncrétisme

La proclamation de la recherche de l’unité dans le « Pacte avec Dieu » revient sans cesse dans le coran (3 :61-64-65-84-103-139-167, 6 :159, 30 :32, 19 :37, 43 :65, 12 :36, 23 :53, 30 :32, 33 :22) et conduit, en utilisant tous les matériaux chrétiens et judaïques,  à forcer les écritures des uns et des autres, déformant les concepts pour remodeler les figures bibliques en un syncrétisme acceptable pour les nombreux groupes rivaux s’en réclamant. Il prétend proposer un salut au plus petit dénominateur commun, mais, sans rédemption autre que la mort en martyr meurtrier, ce n’est qu’une illusion. Voulant les rassembler sans s’aliéner de potentiels transfuges, la première strate du texte ne nomme pas ces groupes à rassembler et parle de croyants, les victorieux et d’hypocrites, les vaincus.

La parole de dieu descendue dans le coran confirme la thora et l’évangile, et la langue arabe porte le remède à la division datant de la tour de Babel. Les 5 pactes d’Allah avec successivement Adam, Noé, Abraham, Moïse, Jésus et Mohamed (3 :33, 33 :7) ne marquent pas une abrogation mais un renouvellement de l’alliance. Le coran n’est qu’un rappel  de ce qui a déjà été annoncé (2 :101) il ne prétend pas se substituer à la thorah ou à l’évangile et c’est Moise, personnage le plus souvent évoqué, qui est la grande référence du coran.

Les monnaies des premiers califes montrent un globe surmonté d’une croix, celle d’Abd al Malik, celui qui établit la dernière édition du coran (voir notre page l’invention du prophète et de la Mecque), porte encore le messie avec l’épée de dieu, ils sont toujours chrétiens (ou plutôt nazaréens) et pas encore musulmans !

Allah ne peut être appelé père, alors il est souvent appelé le maître ou notre maître, ce que l’on retrouve dans les paraboles du maitre et des serviteurs.

Gabriel n’est cité que 3 fois, dont une seule fois comme transmetteur du coran, et encore ce verset 2 :97 est interrompu après son nom (et 5 fois ajouté entre parenthèses par les traducteurs). Il n’apparait que dans les dernières sourates médinoises, alors qu’il est dit acteur dès le début de la révélation (ce serait lui qui ordonne à Mohamed, illettré, de lire en 96 :1, première sourate révélée). En fait il est introduit tardivement pour remplacer le saint esprit, parfois transformé en « esprit du saint ».

Mohamed remplace Moïse recevant la loi sur le Sinaï et monte aux cieux rencontrer les prophètes et même dieu au 7ème ciel pour y recevoir le coran, ainsi il dépasse même Abraham qui n’est qu’au 6ème ciel.

Mohamed remplace Elie, annonciateur de l’heure, en se dissimulant le visage, cela est reprit du Livre des Rois  : « Quand Elie l’entendit il s’enveloppa le visage de son manteau. » (2 rois 2 :8). L’expression Le revêtu d’un manteau (88 et 74)  vient du livre d’Elie, sefer elivahu

Le coran cherche à rabaisser voir à faire disparaitre ou remplacer Jésus et Moïse par Mohamed ou même Allah ainsi Le verset (97 :1) dit que Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr. Mais, en langue syriaque, Chahr  c’est sahr, les vigiles ; d’ailleurs un hadith d’Aicha dans la nuit d’al qadr dit qu’il y a des vigiles. Enfin, la dernière messe de Noël se célébrait traditionnellement à l’aube. Qadr, la destinée, c’est en fait l’étoile de noël et il faut lire que la nuit de noël est plus bénéfique que 1000 vigiles. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube. Ce n’est pas le coran qui descend, d’ailleurs le mot est entre parenthèses, ajouté par les traducteurs, c’est Dieu qui s’incarne en Jésus, c’est Noël !

Jésus étant le messie, pour les chrétiens il n’y a plus nécessité de prophète après lui. Et de même Mohamed est réputé être pour les musulmans le « sceau des prophète », le dernier prophète car il a révélé la parole inviolable de dieu.

A la naissance de Mohamed il y eut un éclair et un tremblement de terre qui fit tomber toutes les idoles (phénomènes semblables pour la mort du christ) ; enfant, un  nuage se déplaçait au dessus de lui pour le protéger du soleil (cela reprend  l’étoile qui a guidé les mages vers la crèche) ; lors d’un voyage à la Mecque,  il a échappé au convoi et on le retrouva sous un arbre (cela réécrit l’épisode de Jésus  avec les docteurs) ; quand il mangeait avec ses frères et sœurs, il restait  toujours de la nourriture (comme lors de la multiplication des pains).

Gabriel  lui a ouvert la poitrine pour lui laver le cœur de la souillure du péché. Jésus  s’est fait baptiser par Jean Baptiste – mais cet épisode n’a pas lieu  d’être, l’islam niant le concept de péché originel – En fait les rédacteurs des hadiths (bukhari :349 1636 3207 3342, muslim  :234 238) ont pris à la lettre Ezechiel « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair » (ezechiel 36 :26) et Saint Paul qui explique la nouvelle alliance, marquée par une nouvelle circoncision, celle du cœur (colossiens 2 :11, romains 2 :28, Hébreux 9 : 1-15) Cette alliance nouvelle instaurée au travers du sacrifice parfait de Jésus-Christ à la croix ne consiste plus en une incision dans la chair, mais à un changement radical du cœur, elle ne concerne plus seulement Israël, elle inclut désormais tous ceux qui souhaitent hériter de la vie éternelle en Jésus-Christ, sans distinction de race ou de couleur.  (https://www.lesdokimos.org/2013/10/11/la-circoncision-du-coeur/)

D’après les hadiths Mohamed s’isolait dans une  grotte du désert, et c’est là qu’il recevait la révélation du coran (comme Abraham au mont Sichem, comme Moïse  sur le Sinaï, Jésus aussi, comme beaucoup de prophètes, fit une retraite dans  le désert). Mais la seule grotte dont parle le coran est celle où il se cacha en s’enfuyant de la Mecque.

Et Mohamed, rentrant dans la kaaba de la Mecque, renversant les idoles qui s’y trouvent, c’est encore une réécriture de l’évangile : c’est Jésus chassant les marchands du temple !

La sirah (vie de Mohamed d’Ibn Ichaq) réécrit l’histoire des trois tentations du christ : « La révélation s’arrêta pendant un certain temps au point que le Prophète en fut peiné : sa douleur fut telle qu’à plusieurs reprises, il partit de chez lui pour aller se précipiter du haut d’une montagne escarpée. Mais chaque fois qu’il parvenait au sommet de la montagne pour se précipiter dans l’abîme, l’ange Gabriel (djibril) lui apparaissait en lui disant : O Muhammad, tu es vraiment l’Envoyé de Dieu. ».

C’est Allah qui propose des paraboles (29 :43, 14 :25-45, 66 :10-11, …) alors qu’évidement dans les feuillets originaux c’est Jésus (mathieu 13 :3-24 …) Mohamed remplace Jésus qui rachète les péchés : « ceux qui ont cru et accompli de bonnes œuvres et ont cru en ce qui a été descendu sur Mohamed, Il leur efface leurs méfaits et améliore leur condition » (47 :2)

La sourate 5 raconte l’épisode de la table servie : (Rappelle-toi le moment) où les Apôtres dirent : « Ô Jésus, fils de Marie, se peut-il que ton Seigneur fasse descendre sur nous du ciel une table servie?  » Il leur dit : « Craignez plutôt Allah, si vous êtes croyants ». Ils dirent : « Nous voulons en manger, rassurer ainsi nos cœurs, savoir que tu nous as réellement dit la vérité et en être parmi les témoins ». « Ô Allah, notre Seigneur, dit Jésus, fils de Marie, fais descendre du ciel sur nous une table servie qui soit une fête pour nous, pour le premier d’entre nous, comme pour le dernier, ainsi qu’un signe de Ta part. Nourris-nous : Tu es le meilleur des nourrisseurs. » (5 :112-114) cette Aïd, cette liturgie, c’est la cène !

Jésus disait : « Mon royaume n’est pas de ce monde« , « ceux qui prendront l’épée périront par l’épée« , « aime ton prochain comme toi même » et  « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (mathieu 28 :19) et Mohamed : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humilies . » (9 :29)

Mohamed en terminant son livre dit : « aujourd’hui j’ai parachevé votre religion » (5 :3) Et Jésus, avant de mourir pour le rachat des péchés, dit : « Tout est accompli » (jean 19 :30)

Mohamed a fait sa dernière prédication sur le mont de la miséricorde, c’est encore et toujours une réécriture de Jésus faisant son sermon sur la montagne, où il a proclamé les béatitudes et l’amour du prochain alors que Mohamed prêchait le djihad et la soumission du monde (9:5, 9:29, 9 :123, 2:190-191, 3:169, 4:74, 4 :89, 8:12, 8:67, 8:15-17, …). Et lorsque Jésus envoie ses disciples en mission pour annoncer la bonne nouvelle et l’amour du prochain il leur dit : car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous (Mathieu 10:20), ce qui est devenu dans le coran, prônant et justifiant le jihad : Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués (8:17).

Miracle du coran, ou comment, dans la réécriture, l’amour évangélique est devenu djihad coranique !

Voir nos pages : Mohamed et le saint esprit et le dialogue islamo-chrétien

Suite : Les conquètes

%d blogueurs aiment cette page :