frères musulmans

Hassan Al-Banna – fondateur des frères musulmans – « lettre aux jeunes » – 1936

« Nous voulons rassembler toutes les parties de la patrie islamique, que la politique occidentale s’est évertuée à séparer, et que les convoitises européennes ont égaré et enfermé à l’intérieur de frontières. Nous rejetons donc tous ces accords internationaux qui transforment cette patrie islamique en un ensemble de petits pouvoirs, faibles et déchirés, dont l’absorption sera très simple pour tous ceux qui voudront usurper leurs droits. Et nous ne nous tairons pas devant l’entrave faite aux libertés de ces peuples, que des tiers ont accaparées injustement. Donc l’Egypte, la Syrie, le Hedjaz, le Yémen, la Tripolitaine, la Tunisie, l’Algérie, Marrakech, et tout empan de terre où il y a un musulman qui prononce « Il n’y a pas de divinité si ce n’est Dieu lui-même », tout cela constitue notre grande patrie, que nous nous efforcerons de libérer, de soustraire à cette emprise, de délivrer de cette tyrannie, et d’en rassembler l’ensemble des parties. […]

Nous voulons, ensuite, que le drapeau de l’Islam flotte de nouveau au vent et bien haut, dans toutes les contrées qui ont eu la chance d’accueillir l’Islam pendant un certain temps, et où la voix du muezzin a retenti par les takbirs [cri guerrier signifiant « Dieu est le plus grand »] et les tahlils [cri de profession de foi]. Puis la malchance a voulu que les lumières de l’Islam se retirent de ces contrées, qui sont retombées dans la mécréance. Donc l’Andalousie, la Sicile, les Balkans, les côtes italiennes ainsi que les îles méditerranéennes sont toutes des colonies méditerranéennes musulmanes, et il faut qu’elles reviennent au sein de l’Islam. […]

Il est de notre droit de reconstruire l’Empire Islamique, qui s’est établi par la justice et l’égalité, et qui a répandu la lumière de la guidée parmi les gens.

Nous voulons, après cela et avec cela, exposer notre message islamique au monde entier, atteindre les gens dans leur totalité, répandre à tous les horizons terrestres, et y soumettre tous les tyrans  » jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de désordre, et que la religion soit entièrement vouée à Dieu « . » (Cité par Joachim Véliocas dans « les frères musulmans dans le texte »).

Hassan al Banna – De la doctrine des Frères musulmans – 1940

« Nous croyons que les doctrines et les enseignements de l’islam sont universels et gouvernent les affaires des hommes dans ce monde et dans le prochain. Ceux qui croient que ces doctrines et ces enseignements ne s’appliquent qu’aux questions spirituelles et au culte religieux sont dans l’erreur, car l’islam est à la fois… la religion et l’État, l’esprit et le travail, le Livre et le sabre (…).

Les Frères [musulmans] pensent, par-dessus tout, que les fondements et les sources de l’islam proviennent du livre d’Allah [le Coran] (qu’il soit béni et loué) et de la Sunna du Prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui) ; si la nation s’y fie, elle ne s’écartera pas de son chemin.

Les Frères musulmans croient également que l’islam, en tant que religion universelle, régit toutes les affaires humaines, s’applique à toutes les nations et à tous les peuples, en tous temps et en tous lieux (…).

C’est pourquoi l’islam a toujours pu tirer bénéfice de tous les systèmes et régimes qui ne contredisent pas ses lois et principes fondamentaux.

De nombreuses personnes demanderont : les Frères musulmans ont-ils l’intention d’utiliser la force pour parvenir à leurs fins ? Les Frères musulmans pensent-ils à une révolution générale contre l’ordre social et politique en Égypte ? (…).

Je réponds à ceux-là que les Frères musulmans n’utiliseront la force qu’en dernier recours, et après que la foi et l’unité auront été établies. [Mais] s’ils utilisent la force, ils le feront de manière honorable et franche et donneront des avertissements (…).

Un autre groupe de personnes dira : le programme des Frères musulmans prévoit-il la prise du gouvernement ? Les Frères musulmans ne veulent pas du pouvoir pour eux-mêmes ; s’ils parviennent à trouver une personne capable de porter ce fardeau et remplir les tâches de gouvernement en accord avec un programme fondé sur l’islam et le Coran, ils seront ses soldats, ses aides et ses soutiens. Mais s’ils ne trouvent pas un tel homme, alors la prise du pouvoir est dans leur programme et ils feront tout ce qui est possible pour faire tomber un gouvernement qui ne remplirait pas les commandements d’Allah (…).

Les Arabes sont le noyau des gardiens de l’islam (…) l’unité des Arabes est un pré-requis essentiel pour la restauration de la gloire de l’islam, le rétablissement de l’État musulman et sa consolidation. C’est pourquoi il est du devoir de chaque musulman de soutenir l’unité arabe et de travailler à son renouveau (…).

Il est vrai que l’islam est une foi religieuse, un culte rendu, mais il est aussi patriotique et nationaliste (…). En tant que tel, l’islam ne reconnaît donc pas de frontières géographiques ni de distinctions de nationalités ou de races, mais considère les musulmans comme membres d’une seule et même nation et la patrie de l’islam comme un seul et même territoire, quelle que puisse être son étendue et aussi loin que soient les pays qui le composent (…). Il devrait donc être évident que les Frères musulmans doivent respecter leur propre nationalisme, le nationalisme égyptien, qui constitue le fondement premier du renouveau qu’ils espèrent. Le soutien au nationalisme arabe vient après et constitue le deuxième maillon du mouvement de renouveau ; pour finir, ils veulent établir une ligue islamique, qui constituerait la meilleure structure pour une future patrie musulmane élargie. Précisons encore que les Frères désirent le bien de l’humanité tout entière et en appelant à l’unité, qui est l’objet et le but de l’islam. »

(Hassan Al-Banna, cité par Gérard Chaliand, Arnaud blin, dans Histoire du terrorisme. De l’Antiquité à Al Qaida)

 

Charte des Frères Musulmans, rédigée sous la direction de Hassan al-Bannâ

citée dans « Les frères musulmans dans le texte » – Joachim Véliocas – 2018

Domaines politique, juridique et administratif

1- Mettre fin aux rivalités de partis et canaliser les forces politiques de la nation dans un front uni et dans une seule phalange.
2- Modifier les lois afin qu’elles soient conformes à la charia (loi islamique) dans tous les secteurs d’activités.
3- Renforcer l’armée, augmenter le nombre de divisions de jeunes, en insufflant à celles-ci l’esprit du djihad islamique.
4- Resserrer les liens entre les pays musulmans, particulièrement entre les pays arabes en vue d’un rétablissement du califat.
5- Répandre l’esprit islamique dans tous les ministères du gouvernement afin que tous les employés se sentent obligés d’adhérer aux enseignements de l’islam.
6- Surveiller la conduite de tous ses employés et mettre fin à la séparation entre la vie privée et la vie professionnelle.
7- Modifier les horaires de travail en été et en hiver afin que tous puissent facilement accomplir leurs obligations religieuses. Mettre fin aux heures de travail tardives.
8- Mettre fin à la corruption et au népotisme. On ne devrait accorder de promotions que pour des motifs de compétences et pour des raisons légitimes.
9- Évaluer toutes les décisions gouvernementales en regard de la loi et des enseignements de l’islam. Les fêtes nationales, les réceptions, les conférences officielles, la vie dans les prisons et les hôpitaux devraient être conformes aux enseignements de l’islam. Les heures de travail devraient être établies de telle sorte qu’elles n’entrent pas en conflit avec les heures des prières.
10- Embaucher des diplômés d’al-Azhar dans l’armée et dans la fonction publique et assurer leur formation.

Domaines social et éducatif

1- Inciter les gens à respecter la morale publique et adopter des lois prévoyant de lourdes peines en cas d’infraction.
2- S’occuper de la «question de la femme » d’une façon qui améliore son statut et lui assure une protection qui soit conforme avec les enseignements de l’islam. Ce dossier (le plus important socialement) doit se garder des positions non orthodoxes de ceux dont les opinions sont soient déficientes soient excessives.
3- Lutter contre la prostitution clandestine ou manifeste. Reconnaître que la fornication est un crime, quelles que soient les circonstances ; un crime détestable qui mérite la flagellation.
4- Interdire toutes les formes de jeux : loteries, courses et casinos.
5- Faire campagne contre la consommation d’alcool et de drogue : le salut de la nation dépend de leur interdiction.
6- Faire campagne contre le port de vêtements inconvenants et contre les conduites relâchées ; éduquer les femmes sur ce qui est convenable, et être particulièrement strict envers les enseignantes, les élèves et les étudiantes, les femmes médecins et de manière générale avec tous ceux qui travaillent dans ces domaines.
7- Revoir le programme scolaire offert aux jeunes filles et s’assurer qu’il diffère de celui des garçons à plusieurs étapes de leur éducation.
8- Interdire la mixité entre les étudiants des deux sexes ; traiter les fréquentations entre jeunes gens en âge de se marier comme un crime qui doit être puni.
9- Encourager le mariage et la procréation par tous les moyens : adopter des lois pour protéger et aider les familles et régler les problèmes du mariage.
10- Fermer les salles de danse moralement indésirables et les boîtes de nuit, et interdire la danse et les autres passe-temps du même genre.
11- Inspecter les théâtres et les salles de cinéma et choisir avec rigueur les films et les pièces qui y seront présentés.
12- Censurer les chansons et sélectionner soigneusement celles qui seront diffusées.
13- Choisir soigneusement les conférences, les chansons et les sujets qui seront diffusés à la radio : utiliser la radio pour éduquer la nation d’une manière vertueuse et conforme à la morale.
14- Confisquer les histoires provocatrices, les livres qui promeuvent le scepticisme d’une manière insidieuse, les journaux qui encouragent l’immoralité et ceux qui profitent de manière indécente des désirs lascifs.
15- Surveiller les lieux de vacances d’été afin de mettre fin à la confusion généralisée et à la promiscuité qui invalide l’idée même d’aller en vacances.
16- Limiter les heures d’ouverture des cafés, surveiller les activités de leurs propriétaires, leur expliquer ce qui est dans le meilleur intérêt public, leur interdire de rester ouverts tard le soir.
17- Cesser d’utiliser les cafés pour apprendre aux illettrés à lire et à écrire. Aider plutôt dans ce but la nouvelle génération de professeurs affectés aux écoles élémentaires et les étudiants.
18- Résister à l’adoption de pratiques nuisibles, qu’elles soient économiques, morales ou autres. Détourner les masses de ces pratiques. Les orienter plutôt vers ce qui leur est bénéfique ou leur apprendre ce qui est dans leur meilleur intérêt. Ceci touche des pratiques comme les mariages, les funérailles, les naissances, les réunions où l’on entre en transe (zar), les congés civils et religieux, etc. Que le gouvernement donne l’exemple.
19- Considérer sérieusement la mise sur pied d’une police des mœurs (hisba) responsable de punir ceux qui transgressent ou attaquent la doctrine islamique, tels ceux qui ne se conforment pas au jeûne du Ramadan, ceux qui ne font pas leurs prières, ceux qui insultent la foi et ceux qui commettent d’autres méfaits similaires.
20- Fusionner les écoles élémentaires des villages avec les mosquées et procéder à une réforme en profondeur des deux, notamment quant au choix des employés, à la propreté et à tout ce qui a trait à la surveillance des enfants de façon à inciter les jeunes à la prière et les plus vieux à l’étude.
21- Faire de l’éducation religieuse une matière obligatoire dans toutes les écoles et universités.
22- Encourager la mémorisation du Coran dans toutes les écoles élémentaires : rendre cette mémorisation obligatoire pour l’obtention d’un diplôme en religion ou en langue. La mémorisation d’une partie du Coran devrait être obligatoire dans toutes les écoles.
23- Adopter une politique de l’éducation qui améliorera et élèvera le niveau de l’éducation, qui unifiera les buts et les objectifs qu’elle poursuit, afin de rapprocher les différentes cultures qu’on retrouve dans la nation. La première étape de ce processus consiste à encourager un esprit vertueux, patriotique et un code moral inébranlable.
24- Accorder un soin particulier à la langue arabe à tous les niveaux de l’éducation et veiller à ce que seul l’arabe soit parlé au niveau élémentaire.
25- Mettre l’accent sur l’histoire de l’islam, de la nation et de sa culture, ainsi que de la civilisation islamique.
26- Envisager l’imposition d’un code vestimentaire uniforme pour toute la nation.
27- Mettre fin dans les maisons aux influences étrangères qui affectent la langue parlée, les comportements, les façons de se vêtir, les gouvernantes, etc. Tout cela doit être « égyptianisé » et ce, tout particulièrement dans les résidences des classes supérieures.
28- Donner au journalisme une orientation appropriée et encourager les auteurs et les écrivains à approfondir les sujets islamiques.
29- Se préoccuper de tout ce qui concerne la santé publique en diffusant des informations utiles dans les médias, en augmentant le nombre d’hôpitaux, de médecins et de cliniques mobiles et en améliorant l’accès aux services médicaux.
30- Accorder une attention aux problèmes des villages, notamment en ce qui concerne leur organisation, leur propreté, la purification des réserves d’eau potable et leur enrichissement culturel, les loisirs et leurs besoins en formation.

Domaine économique

1- Organiser le prélèvement de la zakat (charité obligatoire) en fonction des revenus conformément à la Loi Sacrée. Utiliser les sommes recueillies pour financer des projets charitables, comme la construction de logements pour les personnes âgées, les pauvres, les orphelins et pour renforcer l’armée.
2- Interdire l’usure et veiller à ce que les banques respectent cet interdit. Le gouvernement devrait donner l’exemple dans ce domaine en renonçant à toucher l’intérêt sur l’argent prêté.
3- Encourager le développement économique, fournir des emplois aux chômeurs, transférer ceux qui sont détenus par des étrangers à des citoyens du pays.
4- Protéger le peuple contre l’oppression des compagnies monopolistes, encadrer ces compagnies dans un cadre très strict en cherchant à obtenir d’elles le plus de bénéfices possibles pour le peuple.
5- Améliorer la situation des fonctionnaires subalternes en augmentant leurs salaires, en leur accordant régulièrement des augmentations tout en réduisant le salaire des hauts fonctionnaires.
6- Réduire le nombre de postes dans le secteur public en ne conservant que ceux qui sont nécessaires. Veiller à un partage équitable de la charge de travail entre les fonctionnaires.
7- Encourager l’accès à l’expertise dans les secteurs agricole et industriel et accorder de l’importance au niveau de production des agriculteurs et des travailleurs d’industrie.
8- Se préoccuper des problèmes sociaux et techniques du travailleur et améliorer tous les aspects de ses conditions de vie.
9- Mieux exploiter les ressources naturelles, les terres en jachère, les mines négligées, etc.
10- Accorder une priorité à l’organisation et à l’exécution de projets nécessaires de préférence à des projets luxueux.

Le crédo des frères musulmans par Hassan al Banna

  1. Je crois que toute chose revient à Dieu, que notre maître Muhammad (SWS), est le sceau des prophètes envoyé à tous les hommes, que la Rétribution éternelle est une réalité, que le Coran est le livre d’Allah et que l’Islam est une loi générale de l’ordre de ce monde et de l’au-delà. Je m’engage à réciter quotidiennement une partie du noble Coran, à m’en tenir à la Sunna pure, et à étudier la vie du prophète (SWS) et l’histoire de ses nobles compagnons.
  2. Je crois que la rectitude, la vertu et la science font parties des piliers de l’Islam. Et je m’engage à être droit, à accomplir les rites, à m’éloigner des choses blâmables, à être vertueux, à avoir de bonnes mœurs, à me détacher des mœurs mauvaises, à suivre les pratiques rituelles islamiques autant que je peux, à préférer l’amour et l’affection, à la dispute et aux procès, n’ayant recours à la justice que contraint, à tirer fierté des rites de l’Islam et de sa langue, et à répandre les sciences et les connaissances utiles dans les classes de la Umma.
  3. Je crois que le musulman doit agir et gagner de l’argent, que tout demandeur et toute personne qui en est privée a un droit sur l’argent qu’il gagne ; je m’engage à travailler pour gagner ma vie et à épargner pour l’avenir, à verser la Zakat, à consacrer une partie de mon revenu à des œuvres de bienfaisance, à encourager tous projets économiques utiles, à préférer les produits de ma région, de mes coreligionnaires et de ma patrie, à ne pas pratiquer l’usure dans quelque affaire que ce soit, et à ne pas me perdre dans les choses dépassant ma capacité.
  4. Je crois que le musulman est responsable de sa famille, qu’il est de son devoir d’en préserver la santé, les croyances et les mœurs ; je m’engage à faire tout mon possible dans ce sens ; à insuffler les enseignements de l’Islam aux membres de ma famille, à ne pas mettre mes fils dans n’importe quelle école qui n’enseignerait pas leurs croyances et leur morale, à boycotter tous les journaux, publications, livres, organisations, groupes et clubs qui s’opposent aux enseignements de l’Islam.
  5. Je crois que le musulman a pour devoir de faire revivre la gloire de l’Islam, en promouvant la renaissance de ses peuples, en restaurant sa législation. Je crois que le drapeau de l’Islam doit couvrir le genre humain, et que le devoir de tout musulman consiste à éduquer le monde selon les règles de l’Islam ; je m’engage à lutter tant que je vivrai, pour réaliser cette mission, et à lui sacrifier tout ce que je possède.
  6. Je crois que tous les musulmans ne forment qu’une seule nation unie par la foi islamique et que l’Islam ordonne à ses fils de faire le bien à tous ; je m’engage à déployer mon effort pour renforcer le lien de fraternité entre tous les musulmans, et pour abolir l’indifférence et les divergences qui existent entre leurs communautés et leurs confréries.
  7. Je crois que le secret du retard des musulmans réside dans leur éloignement de la religion, que la base de la réforme consistera à faire retour aux enseignements de l’Islam et à ses jugements, que ceci est possible, si les musulmans œuvrent dans ce sens, et que la doctrine des Frères musulmans réalise cet objectif.

Je m’engage à m’en tenir fermement à ces principes, à rester loyal envers quiconque travail pour eux, et à demeurer un soldat à leur service, voire à mourir pour eux. » (mudhakkirat ad-da‘wa wa ad-da‘iya par Hassan al Banna)

Sayyid Qutb – Jalons sur le chemin – Le Caire 1964
Je suivais une ligne agressive contre cette « ignorance anté-islamique » moderne et occidentale, avec des croyances religieuses bafouillantes et des situations sociales, économiques, morales désastreuses. Toutes les représen¬tations des « hypostases » de la Trinité, du péché originel, de la Rédemption, n’ont fait que du mal à la raison et à la conscience! Et ce capitalisme d’accumulation, de monopoles, d’intérêts usuriers, tout d’avidité! Et cet individualisme égoïste qui empêche toute solidarité spontanée autre que celle à laquelle obligent les lois! Cette vue matérialiste, minable, desséchée de la vie! Cette liberté bestiale qu’on nommait « la mixité » ! Ce marché d’esclaves nommé « émancipation de la femme », ces ruses et anxiétés d’un système de mariages et de divorces si contraire à la vie naturelle! Cette discrimination raciale si forte et si féroce! En comparaison, quelle raison, quelle hauteur de vue, quelle humanité, en Islam !

Sayyid Qutb – À l’ombre du Coran
Bien sûr, protéger le territoire de l’islam, c’est protéger le système de société qu’il régit, mais le but ultime du jihad n’est nullement la protec¬tion d’un territoire. Il est bien plutôt le moyen d’instaurer le royaume de Dieu au sein du territoire et ensuite, à partir de cette base, de se déplacer dans le monde entier, le genre humain tout entier […] L’islam est tel qu’il ne peut exister sans avancer, afin de sauver l’homme de l’esclavage à d’autres que Dieu. Il ne peut s’arrêter à telles ou telles frontières géogra¬phiques […]. Les camps ennemis peuvent très bien choisir de rester sans attaquer l’islam […] mais l’islam ne peut pas être en trêve réelle avec eux, tant qu’ils n’auront pas déclaré leur capitulation en payant la capitation pour garantir la libre prédication (islamique) sans plus aucune entraves matérielles.

Sayyid Qutb – Ma’rakatuna ma’a al-Yahud – traduction originale, ln Zayn al-Abidin al-Rakabi, Al-Yahud AI-Yahud (« Les Juifs… Les Juifs»). Al-Dar al-Saudiyyah, Djedda,1970

Les juifs ont commencé… et les croisés ont continué. Pendant longtemps, hélas, les juifs ont instillé leur poison dans le patrimoine islamique de façon insidieuse, qui n’a pu être dévoilée qu’après de longs siècles d’efforts. Ils ont tenté ainsi de remplacer le vrai par le faux dans tous les textes musulmans, à l’exception du Coran, dont la préservation est garantie par Dieu seul. Grâce soit rendue à Dieu et à Sa Grandeur suprême ! Ils se sont d’abord employés à vouloir dénaturer l’histoire islamique, ses grandes dates et ses principaux héros, pour y apporter la plus grande confusion. Puis, ils ont essayé de déformer le sens du hadith du Prophète, avant que Dieu n’eût envoyé ceux parmi ses hommes qui ont déployé le plus grand zèle pour codifier les récits de la Révélation orale et en extirper le faux, afin de réduire au maximum ce qui humainement ne peut être authentifié, sans l’ombre d’un doute. Enfin, ils se sont attaqués à l’exégèse du Coran, dont ils ont voulu falsifier la teneur. Ce fut l’un de leurs complots les plus dangereux. […]

Ils haïssent les autres et par conséquent subissent le châtiment dû à ceux qui vivent de haine et de rancœur. Cela les conduit à faire souffrir davantage encore leurs voisins, en suscitant conflits et guerres parmi eux, de manière à sortir toujours comme les seuls bénéficiaires. A travers ces guerres et ces désordres, les juifs et leur esprit destructeur entretiennent la haine des autres qui, à leur tour, les détestent… […]

Les juifs ont installé des hommes et des régimes à leur solde [dans les pays musulmans]. Des centaines, voire des milliers de personnes participent à ce vaste complot contre le monde islamique, en se faisant passer pour des orientalistes ou des étudiants orientalistes.[…] Des dizaines de « héros » ont ainsi été imposés à la société musulmane. Des « héros » inventés par les sionistes pour aider les ennemis de l’islam

Suite : 2° guerre mondiale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :