Absurde

Absurde

De nombreux hadiths sont des messages vides (bukhari :1741) ou des évidences (muslim :143), parfois même le prophète sait mais refuse de  répondre (muslim  :2380) et de dire ce qu’il sait « si vous saviez » (muslim  :2459) et parfois les créateurs du hadith n’ont même pas pris la peine d’inventer des noms pour les intervenants, remplacés par « un tel et un tel » (bukhari :2223) ce qu’ils font, remplacés par « ainsi et ainsi » (bukhari :1908) ou « telle et telle chose » (bukhari :2219), alors qu’en d’autres nombreuses occasions, ils n’omettent pas les détails les plus inutiles et scatologiques.

D’après ‘Usâma ben Zayd, lorsque le prophète fit le déferlement à partir de `Arafa, il s’écarta du côté du sentier…, satisfit son besoin puis fit des ablutions mineures. «Je dis alors, ajoute ‘Usâma: « O Messager de Dieu! vas-tu prier? – La prière, répondit-il, est devant toi. »». (bukhari :1667)

`Abd Allâh ben `Umar dit: «Etant sur le toit de la chambre de Hafsa, je vis le prophète qui satisfaisait un besoin; il donnait du dos à la qibla et faisait face au côté de la Syrie.» (bukhari : 3102)

Abu Juhayfa dit: «Le messager de Dieu sortit pendant la canicule et pria à al-Bathâ’ le duhr et le `asr [chacun] deux rak’a. Il avait planté devant lui une petite lance et fait ses ablutions mineures; et les gens de venir se frotter avec [le reste] de l’eau de ses ablutions mineures.»  (bukhari :501)

Abdoullâh Ibn ‘Omar a dit : « Il est des gens qui prétendent qu’il ne faut pas faire face ni à la Ka’ba ni à Jérusalem en satisfaisant un besoin naturel. Or moi, ajouta ‘Abdallâh, un jour que j’étais monté sur le toit d’une maison, je vis l’envoyé de Dieu assis à croupetons sur deux briques sèches pour satisfaire un besoin naturel; tout en faisant face à Jérusalem » (muslim  :390)

D’après Anas Ibn Mâlik, un jour, le prophète entra dans un jardin, suivi d’un garçon emportant un bassin rempli d’eau. Le garçon qui était le plus jeune parmi nous, mit le basin près d’un jujubier; le prophète satisfit alors ses besoins naturels; puis s’essuya avec de l’eau. (muslim  :398)

‘Anas: Ayant vu sur le mur de la qibla une tache de glaire pituitaire, le prophète la gratta. Cependant, on vit sur lui une certaine répugnance – ou: on vit sur lui sa répugnance envers cela et l’effet dur laissé en lui – [avant qu’il ne] dise: « Lorsque l’un de vous se lève pour accomplir sa prière, il est en réalité en train d’invoquer son Seigneur – ou: son Seigneur est entre lui et sa qibla -, qu’il ne crache pas donc en direction de sa qibla! Il doit plutôt le faire à sa gauche ou sous son pied. » Après cela, il prit le bout de son manteau, y cracha, le plia sur lui-même, et dit: « Ou qu’il agisse ainsi. » (bukhari :417 753 1214)

D’après Jabîr Ibn ‘Abdoullâh , J’allai retrouver le prophète . Je frappai à la porte et quand le prophète  me demanda : « Qui est là? ». Je répondis : « Moi ». Le prophète sortit alors en répétant : « Moi, moi, » (comme si cela lui déplaisait).  (Muslim :4011)

D’après Abu Sa’îd, le prophète dit: «Il y avait chez les Fils d’Israël un homme qui avait tué quatre-vingt-dix-neuf personnes. Il quitta alors [son village] pour aller interroger [sur son cas]. Ayant trouvé un moine, il l’interrogea en lui disant: « Est-ce que [Dieu] va me pardonner? – Non, répondit le moine. » A cette réponse, l’homme tua le moine et poursuivit sa recherche… Un homme lui dit: « Rends-toi dans tel village! »… Mais, surpris par la mort [avant d’arriver], ce meurtrier donna de la poitrine à la direction dudit village… Les anges, ceux de la miséricorde et ceux du châtiment, disputèrent alors le sort de cet homme. Et Dieu [ordonna] à l’un des deux villages de se rapprocher et à l’autre de s’éloigner avant de dire aux anges: « Mesurez la distance séparant les deux villages! » [Au cours de la mesure], on trouva que le corps se trouvait plus près du [dernier] village. Alors, Dieu lui pardonna.»  (bukhari :3470)

Ne pas surprendre les femmes

Et ce n’est pas un acte de bienfaisance que de rentrer chez vous par l’arrière des maisons. Mais la bonté pieuse consiste à craindre Allah. Entrer donc dans les maisons par leurs portes. Et craignez Allah afin que vous réussissiez!   (2 :189)

Le prophète défendit qu’un homme rentre de nuit chez son épouse en arrivant d’un voyage (bukhari :1801)

Le diable

On cita devant le prophète un homme qui s’était endormi toute la nuit, jusqu’au matin. « C’est un homme, dit le prophète, que le diable a uriné dans ses oreilles » (bukhari :3270)

Le prophète a dit: « Lorsqu’on appelle à la prière, le diable rebrousse chemin en lâchant des pets et ne revient qu’une fois l’appel terminé; mais lorsqu’on appelle [une deuxième fois] à la prière, il rebrousse chemin de nouveau et ne revient qu’une fois [le deuxième] appel terminé, et ce dans le but de se mettre entre l’homme et son cœur en lui disant: Souviens-toi telle et telle choses ; de manière que le fidèle ne sache plus s’il a fait trois ou quatre rak’a… Au cas où il ne sait plus s’il a fait trois ou quatre rak’a, il doit faire les deux prosternations [dites] de distraction ». (bukhari :3285)

Le prophète dit: «Le bâillement est du diable. Si l’un de vous est sur le point de bâiller, qu’il essaie d’y résister tant qu’il le peut; car si l’un de vous dit: ha! le diable se mit à rire.» (bukhari :3289)

Le prophète dit: «Lorsque l’un de vous s’éveille de son sommeil et fait des ablutions, qu’il rejette [l’eau] de son nez par trois fois, car le diable passe la nuit sur son nez ». (bukhari :3295)

Le messager de Dieu, lors d’un prêche donné aux fidèles, a loué Dieu autant qu’Il en est digne, ensuite il a parlé de l’Antéchrist; il a dit: «Je vous préviens fortement d’en prendre garde. Certes, tout prophète a averti son peuple de [son danger]. Certes, Noé a averti son peuple, mais je vais vous dire ce qu’aucun prophète n’a dit à son peuple; sachez qu’il est borgne et que Dieu, Lui, n’est pas borgne » (bukhari :3337)

Le prophète a dit: « Le diable frappe de son doigt dans les flancs de tous les humains qui viennent à naître, sauf ce qui a été de Jésus, fils de Marie; en voulant le frapper, le diable ne put frapper que les langes » (bukhari :3286)

Le prophète fit un jour un discours ; il glorifia Dieu puis parla de l’Antéchrist en disant: « Je vous mets en garde contre lui; il n’y a pas de prophète qui n’ait averti son peuple du danger qu’il représente. Même Noé avait mis en garde son peuple contre lui. Quant à moi, je vais vous dire à son sujet une chose qu’aucun prophète n’avait parlé d’elle à son peuple: il est borgne; mais Dieu ne l’est pas » (bukhari :3057)

Suite : Science

%d blogueurs aiment cette page :