versets oubliés de la bible

Cet article est extrait d’un site islamique. Par sa rhétorique biaisée, il justifie pleinement ce que l’évolution de l’humanité nous a permis de rejeter : les peines corporelles, la loi du talion, la mise à mort des adultères, des apostats, des homosexuels, l’usage de la violence, l’esclavage, la place des femmes soumises aux hommes, la polygamie, … Il est donc en complète contradiction avec le droit pénal et les valeurs démocratiques de fraternité et de respect de l’autre permettant le vivre ensemble harmonieux. Il est publié ici pour en connaitre les arguments, auxquels nous répondons  après chaque conclusion :

Voici des versets de la bible que les chrétiens et les juifs ont oubliés…

(extrait de http://www.salafidemontreal.com/index.php/fr/articles-ouvrages-traductions-et-fatawa/divers-sujets-refutations/20-voici-des-versets-de-la-bible-que-les-chretiens-et-les-juifs-ont-oublies.html)

 

Les Juifs et les Chrétiens critiquent les musulmans et l’Islam. Beaucoup de musulmans sont mal à l’aise face à ces accusations et ces critiques et se mettent automatiquement en mode défensive. Cela est parfois dû au fait, qu’ils ignorent les bases de leur religion (le Tawhid et la Sounnah) et qu’ils ignorent ce que contient le Livre des Kouffars des gens de Livre (qui est maintenant un Livre falsifiés par les scribes ou bien abrogés par le Qor’an) de divergeant et de convergeant.

  • Par sincérité, il convient de crever l’abcès de la prétendue falsification de l’évangile (en fait il y a 4 évangiles). Oui, les musulmans croient que la parole de dieu est descendue en un livre, le coran, et les chrétiens croient que la parole de dieu s’est fait homme en Jésus, pour le salut des hommes, et leur crédo le proclame. Mais lorsqu’on nous explique que Jésus était musulman et que, dans l’évangile (Jean 14 :16-20), il annonçait, non pas l’esprit saint, mais Mahomet, qui falsifie l’esprit et la lettre ?
    Le coran parle de l’évangile comme une référence de la parole de dieu (21:7, 7:157, 2:91, 5:43, 5:66, 5 :68, 29:46) Et nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l’Évangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux.» (5:47). Il dit aussi (18 :27) qu’Allah veille particulièrement à ce que sa parole ne soit pas corrompue. Or d’après le coran lui même Jésus est la parole de Dieu (3 :45, 4 :171, 19 :34). Le coran présente la bible et l’évangile comme références fiables de sa parole. Mohamed ne demande pas de s’en méfier car il aurait été falsifié, or l’évangile était largement diffusé depuis 500 ans lors de la révélation du coran et s’il avait été falsifié, dieu l’aurait certes dénoncé et aurait prévenu de ses erreurs.
    (Lire notre page Falsification)

Le premier commandement : L’interdiction du Shirk :
« Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras pas d’image taillée, ni aucune figure de ce qui est en haut dans le ciel, ou de ce qui est en bas sur la terre, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point. Car moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux » (Exode : 20 : 3-5)

«Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune figure de ce qui est en haut dans le ciel, ou de ce qui est en bas sur la terre, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant eux et ne les serviras point; car moi, Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux ». (Deutéronome 5 : 6-9) 

La peine pour les individus qui commettent le Shirk :

« Si ton frère, fils de ton père ou fils de ta mère, ton fils, ta fille, l’épouse qui repose sur ton sein ou le compagnon qui est un autre toi-même, cherche dans le secret à te séduire en disant :  » Allons servir d’autres dieux « , que tes pères ni toi n’avez connus, parmi les dieux des peuples proches ou lointains qui vous entourent, d’une extrémité de la terre à l’autre, tu ne l’approuveras pas, tu ne l’écouteras pas, ton œil sera sans pitié, tu ne l’épargneras pas et tu ne cacheras pas sa faute. Oui, tu devras le tuer, ta main sera la première contre lui pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple continuera l’exécution. Tu le lapideras jusqu’à ce que mort s’ensuive, car il a cherché à t’égarer loin de Yahvé ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tout Israël en l’apprenant sera saisi de crainte et cessera de pratiquer ce mal au milieu de toi ». (Deutéronome : 13 : 7-12)

La peine pour les villes qui commettent le Shirk :

« Si tu entends dire que dans l’une des villes que Yahvé ton Dieu t’a données pour y habiter, des hommes, des vauriens, issus de ta race, ont égaré leurs concitoyens en disant :  » Allons servir d’autres dieux « , que vous n’avez pas connus, tu examineras l’affaire, tu feras une enquête, tu interrogeras avec soin. S’il est bien avéré et s’il est bien établi qu’une telle abomination a été commise au milieu de toi, tu devras passer au fil de l’épée les habitants de cette ville, tu la voueras à l’anathème, elle et tout ce qu’elle contient ; tu en rassembleras toutes les dépouilles au milieu de la place publique et tu brûleras la ville avec toutes ses dépouilles, l’offrant tout entière à Yahvé ton Dieu. Elle deviendra pour toujours une ruine, qui ne sera plus rebâtie. De cet anathème tu ne garderas rien, afin que Yahvé revienne de l’ardeur de sa colère, qu’il te fasse miséricorde comme il l’a juré à tes pères, à condition que tu écoutes la voix de Yahvé ton Dieu en gardant tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui et en pratiquant ce qui est juste aux yeux de Yahvé ton Dieu ». (Deutéronome 13 : 13-19)

La destruction des idoles :

« Et voici les lois et coutumes que vous garderez et pratiquerez, dans le pays que Yahvé le Dieu de tes pères t’a donné pour domaine, tous les jours que vous vivrez sur ce sol. Vous abolirez tous les lieux où les peuples que vous dépossédez auront servi leurs dieux, sur les hautes montagnes, sur les collines, sous tout arbre verdoyant. Vous démolirez leurs autels, briserez leurs stèles ; leurs pieux sacrés, vous les brûlerez, les images sculptées de leurs dieux, vous les abattrez, et vous abolirez leur nom en ce lieu ». (Deutéronome 12 : 1-3)

La punition du blasphème :

« Tu parleras aux enfants d’Israël, en disant: Tout homme qui maudit son Dieu portera son péché; et celui qui blasphémera le nom de Yahvé sera puni de mort: toute l’assemblée le lapidera. Étranger on indigène, s’il blasphème le Nom sacré, il mourra ». (Lévitique : 24 : 15-16)

P.S. Est-ce qu’ils ont oubliés ce verset ??? Vont-ils cessez d’adorer les idoles, les images, les tombes, les saints, les croix, les anges, les prophètes, les statues…? Vont-ils cessez de prôner la liberté de croyance? Vont-ils cessez de blâmer l’Islam d’enseigner l’exécution des apostats, alors que leur livre enseigne la même chose?

  • Je note que vous regroupez dans le même paragraphe la vénération des images, le blasphème, la liberté de croyance, l’apostasie, tout un programme.
  • Cette question des images (reliques, pièces de monnaie, …) acceptées dans le cadre du monde romain tolérant aux attitudes de piété individuelle a divisé les chrétiens des VI° et VII° siècles qui réfléchissaient à la nature du Christ d’où de nombreux conflits dans l’empire de Byzance, et entre l’empereur de Byzance et le pape de Rome, les victoires arabes étant vues comme un châtiment de dieu à l’idolâtrie. En 431 le concile d’Ephèse rejette le nestorianisme qui admet deux natures dans le christ, l’une divine et une humaine. L’homme seul ayant souffert la passion ; en 451 le concile de Chalcédoine proclame l’union des deux natures de Jésus et rejette le monophysisme, qui ne reconnait que la nature divine de jésus. Bien sur qu’une simple image ne peut représenter la complexité de la nature du christ : ou bien le peintre ne représente que son humanité et alors il verse dans le nestorianisme, ou alors il confond les deux natures et verse dans le monophysisme.
  • Dans le royaume carolingien, on admet que les images  peuvent servir à rendre accessible au plus grand nombre le contenu des textes, mais il ne faut pas confondre la vénération d’images ou de statues, qui ne sont que des symboles de l’existence de dieu avec un culte d’idole adorée pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle représente, comme le veau d’or des hébreux, la lune, …. La querelle des images renaitra avec le protestantisme.
  • Vous voulez vraiment démolir les autels, abattre les statues, … et tuer ceux qui ne partagent pas votre croyance ? où sont l’amour, la tolérance et la paix dont vous vous réclamez, visiblement faussement ?
  • La liberté de croyance et la liberté d’analyser et de critiquer une idéologie est une évolution heureuse de l’humanité. L’exécution des apostats ou des opposants est la marque de la sauvagerie et de l’intolérance des temps anciens, c’est un crime, vous le soutenez vraiment ?

Les peines corporelles :

« Lorsque des hommes auront une contestation, ils iront en justice pour qu’on prononce entre eux : on donnera raison à qui a raison et tort à qui a tort. Si celui qui a tort mérite des coups, le juge le fera étendre à terre en sa présence, et frapper d’un nombre de coups proportionnel à ses torts. Il pourra lui infliger quarante coups, mais pas davantage, de peur qu’en frappant davantage la meurtrissure ne soit grave et que ton frère ne soit avili à tes yeux ». (Deutéronome 25 : 1-3)

Le Talion :

« Celui qui frappe un homme mortellement sera mis à mort. Celui qui frappe mortellement une tête de bétail en donnera une autre: vie pour vie. Si quelqu’un fait une blessure à son prochain, on lui fera comme il a fait: fracture pour fracture, oeil pour oeil, dent pour dent; on lui fera la même blessure qu’il a faite à son prochain. Celui qui aura tué une pièce de bétail en rendra une autre; mais celui qui aura tué un homme sera mis à mort. La même loi régnera parmi vous, pour l’étranger comme pour l’indigène; car je suis Yahvé, votre Dieu.  » Moise ayant ainsi parlé aux enfants d’Israël, ils firent sortir du camp le blasphémateur, et le lapidèrent. Les enfants d’Israël firent selon que Yahvé avait ordonné à Moïse ». (Lévitique 24 : 17-23)

« Celui qui frappe un homme à mort doit être mis à mort. Mais s’il ne lui a pas tendu d’embûches et que Dieu l’ait présenté à sa main, je te fixerai un lieu où il pourra se réfugier. Mais si un homme agit méchamment contre son prochain pour le tuer par ruse, tu l’arracheras même de mon autel pour le faire mourir. Celui qui frappe son père ou sa mère doit être mis à mort. Celui qui dérobe un homme, soit qu’il le vende, soit qu’on le retrouve entre ses mains, doit être mis à mort. Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Lorsque des hommes se querellent, et que l’un en frappe un autre avec une pierre ou avec le poing, sans causer sa mort, mais en l’obligeant à tenir le lit, celui qui l’aura frappé sera quitte, si l’autre en relève et qu’il puisse se promener, dehors avec son bâton; seulement, il le dédommagera de son chômage et il le fera soigner. Quand un homme frappe du bâton son serviteur ou sa servante, et que ceux-ci meurent sous sa main, ils seront vengés. Mais si le serviteur survit un jour ou deux, il ne sera pas vengé; car il est la propriété de son maître. Lorsque des hommes se battent, et qu’ils heurtent une femme enceinte, s’ils la font accoucher, sans autre accident, le coupable sera passible d’une amende que lui imposera le mari de la femme, et qu’il paiera selon la décision des juges. Mais s’il y a un accident, tu donneras vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. Si un homme donne un coup dans l’oeil de son serviteur ou de sa servante, et qu’il lui fasse perdre l’oeil, il le mettra en liberté en compensation de son oeil. Et s’il fait tomber une dent à son serviteur ou à sa servante, il le mettra en liberté en compensation de sa dent ». (Exode : 21 : 12-27)

Peine de couper la main :

« Lorsque des hommes se battent ensemble, un homme et son frère, si la femme de l’un d’eux s’approche et, pour dégager son mari des coups de l’autre, avance la main et saisit celui-ci par les parties honteuses, tu lui couperas la main sans un regard de pitié ». (Deutéronome 25 : 11-12)

La peine pour les homosexuels :

« L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme : c’est une abomination qu’ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retomberont sur eux ». (Lévitique 20 : 13)

La peine pour bestialité :

« L’homme qui aura commerce avec une bête sera puni de mort, et vous tuerez la bête. Si une femme s’approche d’une bête pour se prostituer à elle, tu tueras la femme et la bête; elles seront mises à mort: leur sang est sur elles ». (Lévitique 20 : 15-16)

La peine pour l’inceste :

« Si un homme prend sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère, s’il voit sa nudité et qu’elle voie la sienne, c’est une infamie; ils seront retranchés sous les yeux des enfants de leur peuple. Il a découvert la nudité de sa soeur, il portera son iniquité ». (Lévitique 20 : 15-16)

La peine pour l’adultère :

« L’homme qui commet l’adultère avec une femme mariée : L’homme qui commet l’adultère avec la femme de son prochain devra mourir lui et son complice ». (Lévitique 20 : 10)

« Si l’on prend sur le fait un homme couchant avec une femme mariée, tous deux mourront : l’homme qui a couché avec la femme et la femme elle-même. Tu feras disparaître d’Israël le mal. Si une jeune fille vierge est fiancée à un homme et qu’un autre homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les conduirez tous deux à la porte de cette ville et vous les lapiderez jusqu’à ce que la mort s’ensuive ». (Deutéronome 22 : 22-25)

P.S. Est-ce qu’ils ont oubliés ces versets ??? Ils critiquent les musulmans parce qu’ils appliquent des peines corporelles, alors que cela est dans leur livre!!! Sauf que la coupe des mains n’est qu’en cas de vol en Islam et non contre ceux qui se défendent contre un agresseur.

  • L’ancien testament contient la loi du talion (deutéronome 19:21 et lévitique 24:17) et Jésus lui-même le dénonce (Matthieu 5:43-48), l’évangile abroge donc la loi du talion, qui est conservée par le coran.
  •  L’ancien testament contient la lapidation de la femme adultère (deutéronome 22:13-24) et Jésus lui-même le dénonce (Jean 8 :7-11), l’évangile abroge donc la lapidation, qui est conservée par l’islam.
  • L’ancien testament, ne faisant pas la distinction entre la loi divine et le code civil contient les descriptions des peines relatives aux délits et Jésus par sa célèbre formule « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Matthieu 22 :15-22) a souhaité laisser le pouvoir politique organiser l’équité entre les citoyens. Le tout est conservé par le coran, sous la dénomination de charia.
  • La lapidation, l’amputation de la main ou du pied, la peine du feu, la précipitation dans le vide, … sont des peines barbares contraires à tout sentiment  humain, vous les soutenez vraiment ? Vous vous en réjouissez vraiment (en criant Allah akhbar) lors de l’application de ces peines au nom de celui que l’on dit miséricordieux et qui, d’après votre liste même, amène plus de châtiments que de pardons ?

« Les Juifs font embuscade et attaquent un cortège lors d’une noce par pure vengeance : (Jonathan envoya son frère qui commandait à la troupe demander à ses amis les Nabatéens de mettre en dépôt chez eux ses bagages qui étaient considérables. Mais les fils de Amraï, ceux de Médaba, sortirent, s’emparèrent de Jean et de tout ce qu’il avait et partirent avec leur butin. Après ces événements, on annonça à Jonathan et à Simon, son frère, que les fils de Amraï célébraient une grande noce et amenaient en grande pompe depuis Nabatha la fiancée, fille d’un des grands personnages de Canaan. Ils se souvinrent alors de la fin sanglante de leur frère Jean, et montèrent se cacher sous l’abri de la montagne. En levant les yeux ils virent paraître, au milieu d’un bruit confus, un nombreux équipage, puis le fiancé, ses amis et ses frères s’avançant au-devant du cortège avec des tambourins, des musiques et un riche équipement guerrier. De leur embuscade les Juifs se jetèrent sur eux et les massacrèrent, faisant de nombreuses victimes, tandis que les survivants fuyaient vers la montagne, et que toutes leurs dépouilles étaient emportées. Ainsi les noces se changèrent en deuil et les accents musicaux en lamentations. Ayant vengé de la sorte le sang de leur frère, ils revinrent aux rives fangeuses du Jourdain ». (Maccabées 9 : 37-42)

P.S. Les Kouffars blâment le Prophète (paix et salut sur lui) et les Sahabahs d’avoir voulu attaquer la caravane qui transportait les biens que les Moushrikines leur avaient volés, alors que dans leur livre, les juifs rapportent une embuscade et le massacre d’un cortège de mariage par pur vengeance !

  • Contrairement à Mohamed, Jésus ne s’est jamais comporté en chef de guerre et a dit que « tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée » (Mathieu 26:52). L’évangile est tout le contraire de la violence, de l’humiliation des vaincus et de la conversion par la force. Vous soutenez vraiment cet usage de la violence par Mohamed ? Vous êtes prêts à l’imiter ?
  • Concernant l’épisode auquel vous faites référence, il est précisé dans les hadiths : « Quand l’apôtre d’Allah eut coupé les pieds et les mains de ceux qui avaient volé ses chameaux et qu’ils leur eut enlevé les yeux avec des clous chauffés au feu, Allah le gronda et il révéla : la punition de ceux qui font la guerre à Allah et à son apôtre et qui les affrontent avec toutes leurs forces pour semer la discorde sur la terre sera l’exécution (par décapitation) ou la crucifixion ».  (Récit d’Abu Zinad, Dawud XXXVIII 4357). « Le leader des croyants Abdul Malik dit à Anas quand il lui raconta ce hadith : furent-ils punis pour kufr ou pour  un péché ? il dit : pour kufr (mécréance) ».  (Sunan an nasai 307) Quelle preuve d’amour, quelle expression de tolérance, quelle paix ! Est ce vraiment comme cela que vous comptez traiter ceux qui ne croient pas comme vous ?

L’interdiction du porc :

« Ni le porc, qui a bien le sabot fourchu et fendu mais qui ne rumine pas ; vous le tiendrez pour impur. Vous ne mangerez pas de leur chair et ne toucherez pas à leurs cadavres ». (Deutéronome 14 : 8)

P.S. On se demande comment ils peuvent manger tant de porc tout en sachant que c’est interdit dans leur propre livre !!!

Le Ribaa (les intérêts) rendus Halal quand ils prêtent aux non-juifs! :

« Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour aucune chose qui se prête à intérêt. Tu peux exiger un intérêt de l’étranger, mais tu n’en tireras point de ton frère, afin que Yahvé, ton Dieu, te bénisse dans tout ce que tu entreprendras, dans le pays où tu vas entrer pour le posséder ». (Deutéronome 23 : 20-21)

P.S. L’Islam interdit le Ribaa aux musulmans et aux non-musulmans sans distinction !!!

  • L’ancien testament contient de multiples obligations rituelles journalières et d’interdits (vin, porc, …) et Jésus a clairement abrogé ces ablutions rituelles et ces interdits : « Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets? Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme […]mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme. »   (Matthieu 15 :16-20) Dans sa lettre au musulman al Hasimi  le chrétien Abd Al-Masih Al-Kindi écrit : « Concernant tes propos à pratiquer les ablutions, à se laver après le coït, à se faire circoncire pour se conformer à la tradition de notre père Abraham, nous te répon­drons par la parole que le Christ adressa aux juifs qui lui demandaient : « Pourquoi tes disciples ne se lavent-ils pas ? » (Matthieu 15 :1-2) Il leur répondit : « Quelle utilité y a-t-il, dans une maison obscure, d’avoir à l’extérieur une lampe lumi­neuse et que l’intérieur de la maison reste obscure ? Ce sont les intentions et le cœur qui doivent être purifiés des mauvaises pensées et du vice du péché qui souille et flétrit. Quant à l’extérieur du corps, quelle utilité y a-t-il de le nettoyer ? « O hypocrites qui soignez les appa­rences ! Vous ressemblez aux tombeaux décorés à l’exté­rieur dont l’intérieur est plein de cadavres puants. » (Matthieu 23 :25-28) De même vous, vous vous lavez le corps, mais vos cœurs sont impurs et souillés par le péché. Quelle est donc l’utilité de se laver les mains, les pieds et le corps, et de célébrer la prière, et, en même temps, former dans le cœur, la conscience et la volonté le dessein de tuer les gens, de les piller et de prendre leurs enfants captifs ? Réfléchis  à ce que leur répondit le Christ : Il faut d’abord que l’homme se purifie intérieurement, élimi­nant de son cœur les mauvaises pensées qui poussent à faire le mal et à nuire aux autres. Et quand la conscience et les intentions auront été purifiées de toute mauvaise conception, on peut alors se laver les mains avec de l’eau. »
  • L’ancien testament contient l’obligation de la circoncision, qui n’est jugée nécessaire  ni par les chrétiens ni par les musulmans. Dans sa lettre au musulman al Hasimi  le chrétien Abd Al-Masih Al-Kindi affirme : « Et comment invites-tu les gens à se faire circoncire, sachant que ton maître n’était pas circoncis ? C’est l’assertion de ceux qui professent ta doctrine d’après ce que les narrateurs ont rapporté qu’il n’était pas cir­concis, parce qu’ils l’ont comparé, et ils ont affirmé cette comparaison sur ce point, à Adam, père du genre humain, à Seth, à Noé et à Hanzala b. Safwân. Ce témoi­gnage est admis, et aucun de tes amis, ceux qui professent ta doctrine, ne met en doute son authenticité. Si tu fais remarquer que le Christ était circoncis, nous te répondrons que le Christ voulut se soumettre aux prescriptions de la Torah, afin que personne ne pût prétendre qu’il ne les respectait pas, ou qu’il en supprimait. La preuve en est cette déclaration : « Je ne suis pas venu pour abolir la loi et les prophètes, mais pour achever et accomplir. » (Matthieu 5 :17) De même Paul, Apôtre de la vérité, déclare : « Si vous vous faites circoncire, parce que le Christ était circoncis, cela ne vous servira à rien. L’incirconcision non plus n’est pas nuisible à la vraie foi et au cœur pur. Autrement il vous faudrait offrir les sacrifices, respecter le Sabbat, célébrer la Paque, accomplir toutes les pres­criptions de la Torah, comme le fit le Christ, notre Seigneur. » (Galates 5 :2-6). [Jésus n’est donc pas venu pour abolir la loi mais pour la parfaire] : le Christ accomplit les prophéties et nous libère de la loi. Il nous enrichit par ses prescriptions divines et ses commandements spirituels, par lesquels il remplaça la Loi au sujet de laquelle Dieu disait par la bouche de son prophète : « Je vous ai donné, ô peuple d’Israël, des prescriptions qui ne sont pas parfaites et des ordonnances que vous ne pouvez accomplir et vivre par elles. » (Ezéchiel 20 :25) Sois donc équitable et reconnais que la circoncision n’est pas un devoir nécessaire, puisque ton livre qui contient, selon toi, les prescriptions de ta religion [n’indique pas que la circoncision est une obligation légale, et indique même plutôt le contraire] (30 :30) Ce n’est qu’une vieille coutume, celui qui la trouve bien l’accomplit, et celui qui la trouve affreuse s’en abstient. Quant à nos amis qui se font circoncire, qui prati­quent des ablutions et se lavent après le coït, ils ne le font pas parce qu’il s’agit d’une tradition nécessaire ou d’une obligation indispensable dont il n’est pas permis de se dispenser, niais ils le font pour suivre l’habitude courante chez les gens et se conformer aux pratiques des populations au sein desquels ils vivent. »

Le « Jihad » dans la Bible :

Voici un exemple du récit du Jihad de Moïse (que la paix soit sur ce prophète de l’Islam) dans la bible (falsifiée et abrogée)… Al-Hamdoulillah qu’Allah à révélé pour remplacer les règles de la Torah, la Shari’ah de l’Islam pleine de miséricorde, qui nous interdit de tuer les femmes, les vieillards, les enfants, les non-combattants etc. (lorsqu’un vrai Jihad officiel est déclaré par un dirigeant d’un état musulman, et non pas lorsqu’il est faussement déclaré par des groupes de terroristes parmi la secte extrémiste des Khawaarijs égarés)… :

« L’Éternel parla à Moïse, et dit: Venge les enfants d’Israël sur les Madianites; tu seras ensuite recueilli auprès de ton peuple. Moïse parla au peuple, et dit: Équipez d’entre vous des hommes pour l’armée, et qu’ils marchent contre Madian, afin d’exécuter la vengeance de l’Éternel sur Madian. Vous enverrez à l’armée mille hommes par tribu, de toutes les tribus d’Israël. On leva d’entre les milliers d’Israël mille hommes par tribu, soit douze mille hommes équipés pour l’armée. Moïse envoya à l’armée ces mille hommes par tribu, et avec eux le fils du sacrificateur Éléazar, Phinées, qui portait les instruments sacrés et les trompettes retentissantes. Ils s’avancèrent contre Madian, selon l’ordre que l’Éternel avait donné à Moïse; et ils tuèrent tous les mâles. Ils tuèrent les rois de Madian avec tous les autres, Évi, Rékem, Tsur, Hur et Réba, cinq rois de Madian; ils tuèrent aussi par l’épée Balaam, fils de Beor. Les enfants d’Israël firent prisonnières les femmes des Madianites avec leurs petits enfants, et ils pillèrent tout leur bétail, tous leurs troupeaux et toutes leurs richesses. Ils incendièrent toutes les villes qu’ils habitaient et tous leurs enclos. Ils prirent toutes les dépouilles et tout le butin, personnes et bestiaux; et ils amenèrent les captifs, le butin et les dépouilles, à Moïse, au sacrificateur Éléazar, et à l’assemblée des enfants d’Israël, campés dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. Moïse, le sacrificateur Éléazar, et tous les princes de l’assemblée, sortirent au-devant d’eux, hors du camp. Et Moïse s’irrita contre les commandants de l’armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient de l’expédition. Il leur dit: Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes? Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d’Israël à l’infidélité envers l’Éternel, dans l’affaire de Peor; et alors éclata la plaie dans l’assemblée de l’Éternel. Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme. Et vous, campez pendant sept jours hors du camp; tous ceux d’entre vous qui ont tué quelqu’un, et tous ceux qui ont touché un mort, se purifieront le troisième et le septième jour, eux et vos prisonniers. Vous purifierez aussi tout vêtement, tout objet de peau, tout ouvrage de poil de chèvre et tout ustensile de bois. Le sacrificateur Éléazar dit aux soldats qui étaient allés à la guerre: Voici ce qui est ordonné par la loi que l’Éternel a prescrite à Moïse. L’or, l’argent, l’airain, le fer, l’étain et le plomb, tout objet qui peut aller au feu, vous le ferez passer par le feu pour le rendre pur. Mais c’est par l’eau de purification que sera purifié tout ce qui ne peut aller au feu; vous le ferez passer dans l’eau. Vous laverez vos vêtements le septième jour, et vous serez purs; ensuite, vous pourrez entrer dans le camp. L’Éternel dit à Moïse: Fais, avec le sacrificateur Éléazar et les chefs de maison de l’assemblée, le compte du butin, de ce qui a été pris, personnes et bestiaux. Partage le butin entre les combattants qui sont allés à l’armée et toute l’assemblée. Tu prélèveras sur la portion des soldats qui sont allés à l’armée un tribut pour l’Éternel, savoir: un sur cinq cents, tant des personnes que des boeufs, des ânes et des brebis. Vous le prendrez sur leur moitié, et tu le donneras au sacrificateur Éléazar comme une offrande à l’Éternel. Et sur la moitié qui revient aux enfants d’Israël tu prendras un sur cinquante, tant des personnes que des boeufs, des ânes et des brebis, de tout animal; et tu le donneras aux Lévites, qui ont la garde du tabernacle de l’Éternel. Moïse et le sacrificateur Éléazar firent ce que l’Éternel avait ordonné à Moïse. Le butin, reste du pillage de ceux qui avaient fait partie de l’armée, était de six cent soixante-quinze mille brebis, soixante-douze mille boeufs, soixante et un mille ânes, et trente-deux mille personnes ou femmes qui n’avaient point connu la couche d’un homme ». (Nombres 31 : 1-35)

P.S. : Et après cela ils osent critiquer l’Islam alors que ce genre de récit se retrouve dans leur livre! Soubhaanallah! On se demande s’ils n’ont pas appliqué ces versets lors des colonisations? Ou bien si ce n’est pas ce qu’ils appliquent contre les musulmans dans le monde aujourd’hui, en Palestine et ailleurs dans le monde? Al-Hamdoulillah que l’Islam a amené de la miséricorde pour l’humanité !

  • Il n’y a dans l’évangile aucun appel à combattre par les armes, au contraire, et dans l’ancien testament il y a bien glorification des récits de combats passés, mais limités à l’entrée des hébreux dans la terre promise : ce sont des récits descriptifs et non prescriptifs, ce ne sont pas des commandements se prétendant universels, valables en tous temps et en tous lieux, ils ont été écrits entre 600 et 500 av JC, au cours et au retour de l’exil à Babylone, bien après les faits qu’ils décrivent datant du retour d’exil en Egypte (1400 av JC), ils ont plus à voir avec un mythe fondateur qu’avec l’histoire, et il n’y a dans l’évangile aucun appel à soumettre le monde. La violence des croisades, qui sont une réponse politique à l’expansionnisme islamique, est en contradiction avec les principes de l’évangile. Ces guerres de conquête, de reconquête et de défense, en d’autres temps anciens, ne sont pas décrits comme des modèles à imiter. Rien dans l’évangile ne les justifie, par contre tout le coran appelle à soumettre le monde en imitant Mohamed. L’imitation de Jésus Christ ne suscite pas des jihadistes mais des St François d’Assise, abbé Pierre, mère Thérésa, soeur Emmanuelle, …
  • Critiquer le dieu de la bible, lorsque l’on prétend que c’est le même dieu que celui du coran, c’est incohérent.
    Prétendre que la bible est falsifiée, alors qu’en même temps on soutient que Allah en est l’auteur et qu’il a promis de garder sa parole intacte, c’est démontrer qu’Allah s’est fait duper par de simples humains et que son omniscience ainsi que sa maîtrise du destin sont faillibles.
    Mettre en parallèle le coran, écrit par Allah lui-même et la bible, inspirée à de nombreux auteurs humains n’ayant ni la responsabilité ni les pouvoirs de dieu, c’est humiliant pour Allah et c’est illogique. Les commandements du coran, ne comportant de limitation ni de temps ni de lieu sont valables en tous temps et en tous lieux et n’ont rien à voir avec des récits historiques ou mythiques.
  • Jésus dénonce l’usage de la violence (Mathieu 26 :52 et Jean 18 :36), l’évangile abroge donc l’usage de la violence, qui est conservée par le coran sous la forme théorisée du jihad.
  • Contrairement à ce que sous-entend votre argumentation, le fait que certains commettent ces méfaits ne transforment pas, pour les musulmans, ces méfaits en bienfaits, cela reste des abominations contraires à l’harmonie voulue par dieu entre toutes ses créatures. Vous soutenez vraiment cette violence, vous comptez l’appliquer vous mêmes à vos contradicteurs ?

L’esclavage :

« Si ton frère devient pauvre près de toi et qu’il se vende à toi, tu n’exigeras pas de lui le travail d’un esclave. Il sera chez toi comme un mercenaire, comme tin hôte; il te servira jusqu’à l’année du jubilé. Il sortira alors de chez toi, lui et ses enfants avec lui, et il retournera dans sa famille, et rentrera dans la propriété de ses pères. Car ils sont mes serviteurs, que j’ai fait sortir du pays d’Égypte : ils ne seront point vendus comme on vend des esclaves. Tu ne domineras point sur lui avec dureté, mais tu craindras ton Dieu. Tes esclaves et tes servantes qui t’appartiendront, tu les prendras des nations qui t’entourent; c’est d’elles que vous achèterez serviteurs et servantes. Vous pourrez aussi en acheter parmi les enfants des étrangers qui séjournent chez vous, et parmi leurs familles qui vivent avec vous, qu’ils auront engendrés dans votre pays; et ils seront votre propriété. Vous les laisserez en héritage à vos enfants après vous, pour les posséder comme une propriété; ils seront perpétuellement vos esclaves. Mais à l’égard de vos frères, les enfants d’Israël, nul d’entre vous ne dominera sur son frère avec dureté ». (Lévitique : 25 : 39-46)

P.S. : L’Islam a établit des règles au sujet de l’esclavage, Mais elles ne distinguent pas selon l’origine des hommes !

« Voici les lois que tu leur donneras: Quand tu achèteras un serviteur hébreu, il servira six années; la septième année, il sortira libre, sans rien payer. S’il est entré seul, il sortira seul; s’il avait une femme, sa femme sortira avec lui. Mais si c’est son maître qui lui a donné une femme, et qu’elle lui ait enfanté des fils et des filles, la femme et ses enfants appartiendront à son maître, et il sortira seul. Si le serviteur dit: « J’aime mon maître, ma femme et mes enfants; je ne veux pas sortir libre », alors son maître le conduira devant Dieu; puis, l’ayant fait approcher de la porte ou du poteau, son maître lui percera l’oreille avec un poinçon, et le serviteur sera pour toujours à son service. Lorsqu’un homme aura vendu sa fille pour être servante, elle ne sortira point comme sortent les serviteurs. Si elle déplaît à son maître, qui se l’était destinée, il permettra qu’on la rachète; mais il ne pourra pas la vendre à des étrangers, après lui avoir été infidèle. S’il la destine à son fils, il la traitera selon le droit des filles ». (Exode : 21: 1-9)

« Quand tu sortiras pour combattre contre tes ennemis, et que Yahweh, ton Dieu, les aura livrés entre tes mains et que tu leur feras des prisonniers, si tu vois parmi les captifs une femme de belle figure, et que, épris d’amour pour elle, tu veuilles l’épouser, tu l’amèneras dans l’intérieur de ta maison. Alors elle se rasera la tête et se coupera les ongles; elle se dépouillera des vêtements de sa captivité, elle demeurera dans ta maison et pleurera pendant un mois son père et sa mère; après quoi, tu iras vers elle, tu seras son mari et elle sera ta femme. Si elle cesse de te plaire, tu la laisseras aller où elle voudra, et tu ne pourras pas la vendre pour de l’argent; tu ne la traiteras pas comme une esclave, car tu l’as eue pour femme ». (Deutéronome 21 : 10-14)

« Que tous ceux qui sont sous le joug comme esclaves tiennent leurs maîtres pour dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et l’enseignement (de l’Eglise) ne soient pas blasphémés. Quant à ceux qui ont des croyants pour maîtres, qu’ils ne les traitent pas avec dédain parce qu’ils sont des frères, mais qu’ils les servent d’autant mieux que ce sont des croyants et des (gens) très aimés qui se chargent de faire le bien. Voilà ce que tu dois enseigner et recommander ». (Timothée 6 : 1-2)

P.S. : Comment peuvent-ils blâmer l’Islam au sujet de l’esclavage alors que leur livre ne le condamne pas !

  • La pratique de l’esclavage est totalement contraire à l’amour du prochain « ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites » (Mathieu 25 :40) et, comme le montre la parabole du bon samaritain, le prochain, ce n’est pas, uniquement le croyant de la même religion. Rien dans l’évangile ne justifie donc l’esclavage, alors que le coran le légalise depuis 14 siècles. Le pape Paul III l’a condamné en 1537 suite à la controverse de Valladolid à propos des indiens d’Amérique. Le roi Louis X en 1315 avait déjà proclamé que « le sol de France affranchit l’esclave qui le touche ».
  • Vous soutenez vraiment la pratique abominable de l’esclavage ? vous comptez vous procurez des esclaves ? comment ? en faisant une razzia vous mêmes ou en allant en acheter sur un marché aux esclaves ?

Les règles au sujet des femmes :

Les femmes chrétiennes et juives se trompent en croyant que leur religion donne plus de liberté à la femme que la religion musulmane. Voici quelques exemples de ce que dit la bible au sujet des femmes.

« Que les femmes, de même, aient une tenue décente ; que leur parure, modeste et réservée ne soit pas faite de cheveux tressés, d’or, de pierreries, de somptueuses toilettes, mais bien plutôt de bonnes oeuvres, ainsi qu’il convient à des femmes qui font profession de piété. Pendant l’instruction, la femme doit garder le silence, en toute soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner ni de faire la loi à l’homme. Qu’elle reste tranquille. C’est Adam en effet qui fut formé le premier, Ève ensuite. Et ce n’est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui, séduite se rendit coupable de transgression ». (1Timothée : 2 : 9-14)

« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il se doit dans le seigneur. (Colossiens : 3 : 18)

Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole ; qu’elles se tiennent dans la soumission, ainsi que dans la Loi même le dit. Si elles veulent s’instruire sur quelque point, qu’elles interrogent leur mari à la maison ; car il est inconvenant pour une femme de parler dans une assemblée ». (Corinthiens : 14 : 34-36)

« Quand une femme aura un flux, un flux de sang dans sa chair, elle sera sept jours dans son impureté. Quiconque la touchera sera impur jusqu’au soir. Tout meuble sur lequel elle se couchera pendant son impureté sera impur, et tout objet sur lequel elle s’assiéra sera impur. Quiconque touchera son lit lavera ses vêtements, se baignera dans l’eau et sera impur jusqu’au soir. Quiconque touchera un objet sur lequel elle se sera assise, lavera ses vêtements, se baignera dans l’eau et sera impur jusqu’au soir. S’il y a une chose sur le lit ou sur le siège sur lequel elle s’est assise, celui qui la touchera sera impur jusqu’au soir. Si un homme couche avec elle et que l’impureté de cette femme vienne sur lui, il sera impur pendant sept jours, et tout lit sur lequel il couchera sera impur. Quand une femme aura un flux de sang pendant plusieurs jours en dehors du temps accoutumé, ou si son flux se prolonge au delà du temps de son impureté, elle sera impure tout le temps de ce flux, comme au temps de son impureté menstruelle. Tout lit sur lequel elle couchera tout le temps de ce flux, sera pour elle comme le lit de son impureté menstruelle, et tout objet sur lequel elle s’assiéra, sera impur comme au temps de son impureté menstruelle. Quiconque les touchera sera impur; il lavera ses vêtements, se baignera dans l’eau et sera impur jusqu’au soir. Lorsqu’elle sera purifiée de son flux, elle comptera sept jours, après lesquels elle sera pure. Le huitième jour, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, et les apportera au prêtre, à l’entrée de la tente de réunion. Le prêtre les offrira, l’un en sacrifice pour le péché, l’autre en holocauste, et le prêtre fera pour elle l’expiation devant Yahvé, à cause du flux qui la rendait impure ». (Lévitique : 15 : 19-30)

P.S. : Il est donc étrange, après avoir lu ces passages de la bible, de voir ces femmes attaquer des principes de la religion musulmane, alors que ces principes font également parti de leur religion et sont inscrits dans leur livre. Il n’y a que deux explications possibles à cela :

1- Elles n’ont pas lu la bible.

2- Elles ne croient pas en ces versets.

La deuxième explication me semble la plus logique, car les chrétiennes et les juives qui pratiquent encore le christianisme et le judaïsme ne voient rien de mal à ces principes. Donc si vous voyez un article dans les journaux ou un reportage à la télé qui attaque l’Islam pour sa position face à la femme, sachez que c’est le travaille de gens qui veulent égarer la femme musulmane, comme ils ont déjà égaré la femme chrétienne et juive auparavant. De plus, l’Islam enseigne les règles de purification pour la femme qui à ses menstrues, mais se qu’elle touche ne devient pas impure et son mari peut rester avec elle. Ce qui est interdit, c’est uniquement l’acte sexuel durant cette période.

  • Elles ont très bien lu l’ancien testament, et elles ont aussi très bien lu l’évangile et elles y ont vu que les femmes y ont toutes leur place, car l’homme et la femme sont complémentaires et coopèrent à égalité à l’œuvre de dieu, et elles n’ont nul besoin d’un tuteur et s’il leur faut se protéger de la lubricité des hommes en se cloitrant elles mêmes sous un voile ou dans leur maison, c’est que cette société là est bien malade. Et si les non musulmans doivent y payer un impôt discriminatoire, la djizilla, pour être protégés, mais de quoi, de qui doivent ils être protégés, et humiliés, par ceux là même qui prétendent les tolérer avant de les éradiquer ?
  • Et pourquoi ne peut-on même pas croiser le regard d’une femme ou lui serrer la main ou s’assoir à sa place, c’est bien qu’il y a un problème d’impureté. Mais qui est impur, celui ou celle qui est rejeté, ou celui qui rejette son frère ou sa sœur ?

La polygamie :

« Si un homme a deux femmes, l’une aimée et l’autre haïe, et qu’elles lui aient enfanté des fils, aussi bien celle qui est aimée que celle qui est haïe, si le fils premier-né est le fils de celle qui est haïe, il ne pourra pas, le jour où il mettra ses fils en possession de ses biens, faire premier-né le fils de celle qu’il aime, de préférence au fils de celle qu’il hait, celui-ci étant le premier-né ». (Deutéronome : 21 : 15-17)

« Et s’il prend une autre femme, il ne retranchera rien à la première pour la nourriture, le vêtement et le couvert ». (Exode : 21: 10)

« David prit encore des concubines et des femmes de Jérusalem, après qu’il fut venu d’Hébron, et il naquit encore à David des fils et des filles ». (2 Samuel 5 : 13)

« Voici les fils de David qui lui naquirent à Hébron: le premier-né, Amnon, d’Achinoam de Jezraël; le second, Daniel, d’Abigaïl de Carmel; le troisième, Absalom, fils de Maacha, fille de Tholmaï, roi de Gessur; le quatrième, Adonias, fils de Haggith; le cinquième, Saphatias, d’Abital; le sixième, Jéthraham, d’Egla, sa femme. Ces six lui naquirent à Hébron, où il régna sept ans et six mois; puis il régna trente-trois ans à Jérusalem. Et ceux-ci lui naquirent à Jérusalem: Simmaa, Sobab, Nathan, Salomon, quatre, de Bethsué, fille d’Ammiel; Jébaar, Elisama, Eliphaleth, Nogé, Népheg, Japhia, Elisama, Eliada, Eliphéleth, neuf. Ce sont là tous les fils de David, sans compter les fils des concubines. Thamar était leur sœur ». (1 Chroniques 3 : 1 – 9)

« David prit encore des femmes à Jérusalem et il engendra encore des fils et des filles ». (1 Chroniques 14 : 3)

« Il (Salomon) eut sept cents femmes princesses et trois cents concubines.) 1 Rois : 11 : 3

(Roboam aimait Maacha, fille d’Absalom, plus que toutes ses femmes et ses concubines; car il eut dix-huit femmes et soixante concubines, et il engendra vingt-huit fils et soixante filles ». (2 Chroniques 11 : 21)

P.S. : Il est étrange, après avoir lu ces passages de la bible, de voir que les chrétiens et les juifs critiquent les musulmans au sujet de la polygamie, alors que cela est permis dans leur propre livre ! Les juifs et les chrétiens parlent des droits de l’homme et de la laïcité uniquement parce qu’ils ne croient pas en leur livre! Ils rejettent tout ce qui ne leur plaît pas dans leur livre parce qu’ils suivent leurs passions et non la vérité.

  • La polygamie n’est soutenue ni par Moïse ni par Jésus.
  • l’ancien testament dit explicitement : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ».  (génèse 2:24) tout le reste relève du désir malsain du mâle dominant sur son harem.
  • Jésus dans l’évangile reprend cette formulation et ajoute « que l’homme donc ne sépare pas ce que dieu a unit » (Mathieu 19:4-6)

Tandis que ceux d’entre les chrétiens qui ne croient pas en ces règles et qui les rejettent en disant qu’elles sont abrogés par ‘Issa, ils mentent en disant cela, car il est écrit dans leur livre que ‘Issa dit :

« Ne croyez pas que je sois venu abolir la loi (la Torah) ou les prophètes; je suis venu non les abolir, mais les accomplir. Car en vérité je vous le déclare, le ciel et la terre passeraient plutôt que ne disparaisse un iota, un trait de la loi. Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à le faire sera déclaré le moindre dans le royaume des cieux ». (Mt. 5 :17-19.)

Réponse à ces critiques :

L’article reproche aux chrétiens et aux juifs de rejeter des choses qui sont écrites dans l’ancien testament : le shirk, la vénération d’images, les peines corporelles, la loi du talion, la mise à mort des adultères, des apostats, des homosexuels, l’interdit du porc, le prêt avec intérêt, l’usage de la violence, l’esclavage, la place des femme soumises aux hommes, la polygamie. Cette rhétorique est biaisée car l’article se contente de reprocher aux chrétiens de ne pas suivre ces préceptes, il ne les défend pas explicitement et, parlant toujours de « bible » au lieu de « ancien testament » ou « torah », il oublie de dire qu’ils sont repris et confirmés dans le coran, mais abrogés dans l’évangile.

De quelle loi, dont pas un iota ne changera, parle Jésus en Mathieu 5 :17 ? La loi juive ne distinguait pas la loi rituelle, la loi civile et la loi morale. Mais, que reste-t-il des prescriptions civiles et rituelles de la loi juive après que Jésus, ayant accompli les prophéties et confirmé les 10 commandements, ait abrogé la loi du talion, la lapidation, l’usage de la violence, les ablutions de purification et les interdits alimentaires et que saint Pierre et saint Paul aient abrogé la circoncision ? Ne sont-elles pas de fait abrogées ? Et le coran le confirme en rapportant ces paroles de Jésus inconnues des évangiles : « Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit » (3 :50) Jésus nous libère donc des prescriptions civiles et rituelles de la torah, ainsi les versets tolérants de l’évangile abrogent ceux qui ne le sont pas dans la torah, et le premier pape précise encore « Car il a paru bon au Saint Esprit et à nous de ne vous imposer d’autre charge que ce qui est nécessaire » (actes 15 :28-29) et « parce que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi » (galates 2 :16). En quelque sorte un réel pas de contrainte en religion (2 :256).

Et voila pourquoi les chrétiens suivent la loi morale de Moïse, les 10 commandements, inscrits sur les tables de la loi, mais pas les contraintes civiles et rituelles de la torah, car il n’y a pas de contrainte en religion, et sans doute mangent-ils du porc et boivent-ils du vin, de même que les musulmans mangent du chameau, (16 :80) alors que le porc comme le chameau sont prohibés par la torah, (deutéronome 14 :3). De même que dieu a dit à Abraham « sois parfait » (génèse 17 :1) mal traduit en « sois soumis » Jésus a accompli les prophéties et parfait la loi en plaçant au-dessus de tout le plus grand commandement : aimer, pardonner et prier pour ceux qui nous persécutent.

voir dans nos pages le détail de ces réponses et comment Jésus abroge les prescriptions civiles et rituelles de la torah : la raison et la force et aussi dialogue islamo-chrétien et encore versets intolérants et enfin résumé du site

Suite : Réaction de l’occident

%d blogueurs aiment cette page :