l’hégire

L’hégire – Emigration à Médine

 

prise de Jérusalem par les perses en 614

« Alors le Perse, l’esprit furieux, en barbare que certes il était, après d’innombrables combats, eut recours aux machines de guerre. Sous toute l’enceinte de la muraille, ayant placé la flamme, les mangonneaux, les corps de troupes, il renversa le fort rempart et s’établit dans la ville. O Christ! Puisses-tu dompter par la main des Chrétiens les enfants infortunés de la Perse qui enfante pour le malheur! Brandissant le glaive meurtrier, il égorgea la multitude des mortels : citoyens saints, purs, vieillards aux cheveux blancs, enfants, femmes. Accomplissant son cruel forfait, il pilla la Ville Sainte, et, de la flamme ardente, il embrase les Saints Lieux du Christ. O Christ! Donne-nous de voir bientôt, en représailles de la ruine des Lieux Saints, la Perse consumée par l’incendie! » (Saint Sophronius, Patriarche de Jérusalem)

Construction de la mosquée de Médine sur les tombes des polythéistes

Anas Ibn Mâlik a dit : Le prophète arriva à Médine et s’installa dans la partie la plus haute de cette ville chez une tribu dite les Banû ‘Amr Ibn ‘Awf. Il séjourna chez eux quatorze nuits; puis il envoya chercher les Banû An-Najjâr. Ceux-ci arrivèrent le sabre en bandoulière. Il me semble encore voir l’envoyé de Dieu monté sur sa chamelle, Abou Bakr en croupe derrière lui et les notables des Banû An-Najjâr autour d’eux. Ils marchèrent jusqu’à arriver à la demeure de Abou Ayyoûb. L’envoyé de Dieu priait là où l’heure de la prière l’avait surpris; même parfois dans l’enclos des moutons.
Puis, il ordonna de bâtir une mosquée et manda dans cette fin aux chefs des Banû An-Najjâr. – « Ô Banû An-Najjâr, leur dit-il, quel prix me demandez-vous pour cet enclos? ». – « Par Dieu! répondirent-ils, rien; nous n’en demandons aucun prix, sinon à Dieu ». Or, ajoute Anas, je vais vous dire ce qu’il y avait dans cet enclos; il y avait des palmiers, des sépultures de polythéistes et des tas de ruines. L’envoyé de Dieu ordonna de couper les palmiers, d’exhumer les cadavres et d’aplanir les ruines. Ceci fait, on aligna les troncs de palmiers pour en faire la Qibla de la mosquée et on y encastra deux chambranles en pierres. Les fidèles et l’envoyé de Dieu se mettaient au travail en chantant : Ô Seigneur, il n’y a d’autre bien que celui de l’autre monde. Accorde la victoire aux ‘Ansâr et aux Muhâjirûn. (muslim  :816)

‘Anas : En arrivant à Médine, le prophète donna l’ordre d’édifier la mosquée. Il dit: « O les béni Najjar! fixez-moi votre prix… – Nous ne demandons le prix [du terrain], répondirent-ils, qu’à Dieu. » Sur ce, le prophète donna l’ordre [de s’occuper] des tombes des polythéistes, ainsi que de leurs restes et des palmiers. En effet, aussitôt on fouilla ces tombes, on aplanit le sol et on coupa les palmiers. Après quoi, on rangea les palmiers du côté de la qibla de la mosquée.  (bukhari :1868 1871)

Le combat sur les sentiers d’Allah

Lorsque, plus tard, Mohammed accomplit sa fuite à Médine, que les habitants de cette ville se rallièrent à lui et que le nombre des musulmans fut consi­dérable, alors Dieu lui ordonna de faire la guerre aux incré­dules, de les attaquer par l’épée et de les tuer partout out il les rencontrerait. Il lui ordonna alors l’action violente, comme il lui avait ordonné à la Mecque la patience. (Tabari ch LXXII P409)

Quand il arriva à Médine, il reçut le verset suivant : « Tuez les infi­dèles où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les, mettez-vous en embuscade contre eux,,, etc. (Sur. 9, vers. 5.) Il reçut aussi le verset suivant : « O prophète, combats les infidèles et les hypocrites, traite-les sévèrement., (Sur. 9, vers. 74.) En révélant les versets qui ordonnaient la lutte, Dieu abrogea ceux qui avaient recommandé aux croyants la patience. (Tabari t2 ch LXXXI p465)

Allégeance des femmes

D’après ‘Aïcha, la femme du prophète, l’envoyé de Dieu mettait à l’épreuve toutes les Croyantes qui émigraient vers lui, au moyen de ce verset : Ô Prophète! Quand les Croyantes viennent te prêter serment d’allégeance, (et en jurent) qu’elles n’associeront rien à Dieu, qu’elles ne voleront pas, qu’elles ne se livreront pas à l’adultère… jusqu’à la fin du verset. ‘Aïcha ajouta : Les croyantes qui acceptent ces conditions, ont ainsi prêté légitimement serment d’allégeance. L’envoyé de Dieu  se contentait de leur dire : « Vous pouvez s’en aller. J’accepte votre serment ». ‘Aïcha poursuivit : Mais, par Dieu! Jamais sa main ne toucha la main d’aucune d’elles. Le pacte de fidélité s’échangeait plutôt oralement (muslim :3470)

Les médinois viennent à Aqaba prêter serment d’allégeance à Mohamed

Le prophète leur fit prêter le même serment qu’il avait reçu des douze, en y in­troduisant seulement l’obligation pour eux de combattre ses ennemis, de le protéger comme eux-mêmes, et de sacrifier leurs corps et leurs biens, jusqu’à ce que la religion soit ré­pandue partout. Ils acceptèrent toutes les clauses de ce serment, qui est appelé serment de la guerre ou second serment. (Tabari ch LXXVI p446)

L’ère des arabes

Omar, trouvant cette cou­tume très-bonne, réunit toua les compagnons du prophète et leur dit. Nous allons compter nos années à partir de l’année de la naissance du prophète, car il n’y en a pas de plus sacrée pour les musulmans. Quelques-uns répliquèrent : Comptons à partir de l’année où il reçut sa mission prophé­tique, qui est plus sacrée; car c’est le moment de l’origine et de l’apparition de l’islamisme. `Omar dit. Comptons à partir du jour où le prophète effectua sa fuite à Médine; car en cette année se manifesta le pouvoir de l’islamisme, la vérité s’affermit et l’erreur fut confondue; aucun fait plan important que celui-là n’est survenu dans le monde. Par conséquent, l’année de la Fuite fut établie comme ère. (tabari t2 ch LXXVIII p456)

Musulmans : Ansars et mouhadjirines (émigrés)

Ibn ‘Abbas a dit : « L’envoyé de Dieu reçut la révélation quand il eut quarante ans. Après treize ans, Dieu lui ordonna d’émigrer et il le fit à Médine où il mourut après y avoir habité durant dix ans. »  (Bukhari)

El Bara a dit : « Les premiers temps de sa venue à Médine, le Prophète habita chez ses grands-parents ou, selon une autre version, chez des Ansar, parents du côté maternel. Il fit la prière pendant seize ou dix-sept mois en se tournant vers le Temple (de Jérusalem) alors qu’il eut aimé s’orienter vers le Temple (de la Mecque). La première prière qu’il accomplit (vers la Mecque) fut celle de l’après-midi (‘assar) en compagnie d’un groupe de fidèles. L’un d’eux, en s’en allant, passa près d’un oratoire où des fidèles étaient en prière. Il leur dit : – Je jure par Dieu que je viens de faire la prière avec l’Envoyé de Dieu tout en étant tournés en direction de la Mecque. Les fidèles s’orientèrent alors vers le Temple (de la Mecque) en gardant leurs positions. Les Juifs avaient considéré avec satisfaction, de même que les Chrétiens, l’orientation vers le Temple de Jérusalem et lorsqu’ils virent le Prophète se tourner vers la Ka’ba, ils lui en firent grief. El Bara ajoute : « Des fidèles étaient morts avant le changement de Qibla, ils avaient été tués au combat et, nous ignorions quel était leur sort lorsque Dieu révéla ce verset : – Ce n’est pas Dieu qui fera perdre le fruit de votre foi… » (Coran 2.143) (Bukhari :40)

D’après Anas Ben Malik, le Prophète a dit : « C’est une marque de foi que d’aimer les Ansar (partisans du Prophète) et une manifestation d’hypocrisie que de les détester. » (Bukhari :17)

Aïcha a dit : « Quelles sont excellentes les femmes des Ansar, la pudeur ne les a pas empêchées d’apprendre la religion. »  (Bukhari :130)

Pendant que nos frères parmi les mouhadjirines, étaient pris par les affaires sur les marchés, ajoute Abou Horaïra, et alors que nos frères parmi les Ansar étaient occupés à faire fructifier leurs biens, Abou Horaïra s’était mis à la disposition du prophète se bornant à satisfaire sa faim, aussi a-t-il assisté à ce qu’ils n’ont pas assisté et a-t-il retenu des événements dont ils ne se souviennent plus. »  (Bukhari :2047)

Amr Ben Maïmoun a dit : « J’étais présent quand ‘Omar Ben El Khattab s’adressa à son fils et lui dit ceci : …. Que le calife qui viendra après moi soit bienveillant pour les premiers mouhadjiroune (ceux qui ont émigré avec le Prophète), qu’il leur consacre leurs droits et leur marque le respect. Qu’il traite favorablement les Ansar qui ont accueilli et hébergé le prophète et la foi. Qu’il soit accueillant vis-à-vis de ceux qui font le bien et qu’il pardonne à ceux qui font le mal.  (Bukhari)

Abu Talha était l’Ansarite qui avait le plus de palmeraies à Médine. Et la palmeraie de Bayruhâ, qui était située en face de la mosquée, était la plus chère pour lui. De plus, le Prophète y entrait pour boire de son eau douce (Bukhari :2769)

Selon Hamid El Touil, Anas a dit : « Le Jour (de l’expédition) du fossé, les Ansar disaient : – Nous avons pour toujours et tant que nous sommes en vie, fait serment de fidélité à Mohammed pour le djihad (la guerre sainte). Et le prophète de répondre : – Ô mon Dieu, il n’y a de vraie vie que la vie de l’au-delà, Sois généreux vis-à-vis des Ansar et des Mohadjirine. »  (Bukhari)

Selon Anas Ben Malik, le prophète a dit : « Les Ansar sont mes entrailles et ma richesse. Les Musulmans augmenteront en nombre alors que les Ansar diminueront. Accueillez favorablement celui d’entre eux qui fait le bien et ménagez celui qui fait le mal. »  (Bukhari)

Selon ‘Amr Ben Dinar, Djabir a dit : « Nous étions en expédition avec le prophète, en compagnie d’un nombre important de Mouhadjirines (émigrés de la Mecque). Parmi eux, se trouvait un bouffon qui frappa un (homme des) Ansar (habitant de Médine) …..  (Bukhari)

Anas Ben Malik a dit : « Le prophète rassembla un groupe de Ansar et leur dit : « Les hommes des Qoraïch étaient encore, il n’y a pas si longtemps, dans l’ignorance et la détresse. Je voudrais les réconforter et leur faire aimer l’Islam. Accepteriez-vous qu’ils retournent chez eux avec les biens terrestres alors que vous vous ramenez dans vos maisons l’envoyé de Dieu? – Oui, répondirent les Ansar, nous souscrivons à cela… » (Bukhari)

Suite : Les expéditions depuis Médine

 

%d blogueurs aiment cette page :